Comment la nature peut nous aider à sortir du burnout ?

Table des matières

Sortir du burnout naturellement et de façon durable

Sortir du burnout de façon durable, avoir une vie professionnelle et personnelle en harmonie avec nos valeurs et nos besoins, préserver sa santé globale le plus longtemps possible, c’est un peu ce que l’on attend tous quand on est en burnout, non ?

Pourtant le chemin peut être long et parsemé d’embuches pour atteindre ce point d’arrivée. Premièrement, il faut prendre conscience que la prise en charge actuelle du burnout est loin d’être adaptée aux besoins des personnes qui sont en burnout. Je vous invite à lire cet article pour en savoir plus. Deuxièmement, il y a aujourd’hui pléthore d’informations sur le burnout. Certaines sont vraies, d’autres erronées, d’autres biaisées ou d’autres encore complètement insensées. Tout cet amas d’informations et de conseils peuvent nous laisser un peu dubitatif ou interrogatif sur ce qu’il est possible de faire pour parcourir le chemin et rejoindre le point d’arrivée.

Un des remèdes pour sortir du burnout naturellement

Mon défi à moi il y a quelques années quand j’étais à l’état 0 était de trouver comment je pouvais avoir un tout petit peu de mieux-être au quotidien. Je ne pensais pas du tout au point d’arrivée, je pensais juste à faire en sorte que ma journée soit la moins douloureuse possible. J’aurais aimé avoir la possibilité de déconnecter mon cerveau pour avoir quelques instants de répit ou encore ne plus ressentir ces palpitations, ces maux de tête, ces maux de ventre, cet état d’anxiété permanent, jour et nuit. On me proposait des antidépresseurs, je n’en voulais pas. Plusieurs fois j’ai failli abdiquer mais j’ai tenu bon. 

Très vite, instinctivement, je suis allée me balader chaque jour dans la nature. Je savais que ça me ferait du bien. J’ai eu la chance de grandir dans la nature mais j’ai seulement mesuré ô combien elle pouvait être ressourçante quand je revenais de temps en temps dans mon petit village après que j’eu déménagé près de Paris pour mon 1er boulot et que les immeubles remplaçaient les arbres !

Bref, profiter de la nature 1 à 2 heures par jour est je pense l’un des meilleurs remèdes existants pour sortir du burnout naturellement. Je n’ai pas fait que ça pour sortir du burnout mais cette étape a largement contribué à la restauration de mon énergie. Et l’effet de la nature est aujourd’hui scientifiquement prouvé.

Les prémices des effets de la nature sur la santé globale

Au début des années 80, l’Agence des forêts du Japon, a introduit et promu le « shinrin-yoku » ((森林浴), qui se traduit littéralement par « bain de forêt » pour contrôler le stress rendu coupable des trop nombreux cas de Karoshi (過労死), qui signifie littéralement « mort par dépassement du travail » (très souvent mort subite par arrêt cardiaque).

Mais c’est seulement à la fin des années 90, il y a donc une vingtaine d’années, que les scientifiques ont commencé à s’intéresser à l’effet de la nature sur la santé globale. C’est fou, non ? La nature nous fait du bien depuis la nuit des temps mais on n’en mesure l’impact que depuis 20 ans.

On sait que les bienfaits observés sur la physiologie au Japon ne sont pas transposables tels quels à la population occidentale. Les japonais ont une relation à la forêt différente de la nôtre. La religion shintoïste considère notamment la forêt comme un lieu sacré qui abrite des divinités et l’âme des défunts. C’est un élément non négligeable qui peut potentialiser les effets de la nature.  

Les effets de la nature sur la santé globale mesurées par des études scientifiques

Depuis 2017, on observe un vrai bon du nombre d’études scientifiques qui mesurent et décortiquent les effets de la nature sur la santé globale de l’Homme, physique et psychologique.

On est encore loin de tout savoir mais on sait déjà qu’il est scientifiquement prouvé les bienfaits suivants :

Bienfaits physiologiques :

  • Réduction de la fréquence cardiaque
  • Réduction de la pression artérielle
  • Diminution de l’activité nerveuse sympathique (l’accélérateur de notre système nerveux, celui est toujours enclenché à fond en période d’épuisement professionnel)
  • Augmentation de l’activité nerveuse parasympathique (la pédale de frein de notre système nerveux, celle qui dysfonctionne en période d’épuisement professionnel et de burnout)
  • Réduction du niveau de cortisol (sauf en cas de burnout puisque le niveau est déjà épuisé)

Bienfaits psychologiques :

  • Réduction de l’anxiété
  • Diminution des émotions négatives et de la dépression
  • Amélioration de l’humeur
  • Augmentation de la vitalité et diminution de la fatigue

Bienfaits cognitifs :

  • Restauration de l’attention
  • Réduction de la fatigue mentale et de la confusion
  • Les analyses montrent que la mémoire de travail est largement améliorée après une exposition à un environnement naturel.

Les stimulations sensorielles à l’origine des effets positifs sur la santé globale

Les mécanismes biologiques précisément impliqués dans cette relation entre exposition à la nature et santé globale ne sont pas tous encore clairement connus et identifiés. Cependant, on sait que ce sont les multiples stimulations sensorielles qui sont à l’origine des effets positifs sur la santé :

La vue : 

un simple contact visuel est associé à des effets positifs. Par exemple, le bleu et le vert qui prédominent dans les environnements naturels auraient des effets anxiolytiques.

L’ouie : 

A l’échelle de l’humanité, l’humain habite en ville depuis quelques minutes. 54% de la population mondiale actuelle vit en ville et les villes datent globalement de moins de 200 ans. La physiologie de l’Homme et son cerveau ne sont pas adaptés au bruit chronique des environnements urbains. Notre physiologie est mieux adaptée à recevoir des sons émanant de la nature, par exemple ceux des oiseaux, du vent ou encore de l’eau. Ces sont peuvent réduire le stress.

L’odorat :

Certaines odeurs naturelles (le parfum des fleurs par ex) peuvent activer directement le système limbique de notre cerveau. Cette zone est impliquée dans les réponses émotionnelles. En l’occurence, cela peut améliorer l’humeur et diminuer l’agressivité.

Un des mécanismes les plus étudiés aujourd’hui est la présence de phytoncides. Ce sont des composés organiques volatils, produits et émis par les plantes, qui ont une fonction de protection contre les parasites et les herbivores. Ce sont en quelque sorte les huiles essentielles des arbres. Lors d’une balade en forêt ou à proximité d’arbres, ces molécules passent facilement dans nos poumons via les voies respiratoires. L’exposition à ces molécules est associée à une réduction du stress oxydatif, une baisse du taux d’hormones du stress et à une stimulation du système immunitaire. De récentes études montrent que certaines catégories de phytoncides permettent d’augmenter le nombre de cellules NK, lymphocytes Natural Killer qui ont des propriétés antivirales et anti-cancer. Dans ce cas précis des cellules NK, ce qui est intéressant de souligner c’est que non seulement l’effet est marqué dès le début (+50%) mais qu’en plus il ne s’estompe pas rapidement. L’effet dure. Le taux à 1 mois était encore de +20%.

En pratique, comment faire pour laisser la nature contribuer à nous aider à sortir du burnout ?

Tout est là. Il n’y a plus qu’à en profiter. 

Pour cela, pas besoin de succomber aux sirènes des multiples offres de séjours ressourcement, retour à la nature ou autres… que l’on voit fleurir sur Internet.  

Puisque tout est là, il vous suffira de sortir et d’observer la nature autour de vous et d’être présent à ce que vous regardez, sentez, entendez et touchez.

Pas grave si vous n’avez pas de forêt à proximité immédiate de chez vous. Cela pourra attendre le week-end ou encore le week-end prochain (les effets durent, n’oubliez-pas).

Par contre, n’oubliez-pas la marche quotidienne dans la nature qui est à proximité de chez vous (parcs, sentiers piétonniers, bord de mer, bord de rivière…)

Faites-vous du bien 1 heure par jour. Laissez la nature vous faire du bien 1 heure par jour. Ecoutons la nature, elle a tant de choses à nous dire.

L’art de la médecine consiste à distraire le malade pendant que la nature le guérit.

Voltaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page
Presque fini ! 80%

Ce que l'on ne vous dit pas et que vous devriez savoir !

Les 5 erreurs à éviter en période de burnout

29 pages d'informations et de conseils pratiques + 14 clés pour ne pas sombrer dans la spirale infernale du burnout

5 erreurs à eviter en burnout